Comment nous avons augmenté nos ventes de 350% en un mois à l’aide d’une simple feuille Excel

Réponse: en gamifiant notre tunnel de vente


Notre premier produit est officiellement lancé après le succès de notre campagne de financement sur Ulule.fr.

On a désormais eu le temps de se poser et de mettre en place nos différents processus marketing, ventes ou encore logistiques.

La gourde 1026 Water est un produit simple, utile et responsable. L’objectif est d’aider ses utilisateurs à atteindre la consommation d’eau journalière recommandée et de contribuer à la réduction de la consommation de plastique à usage unique.

C’est un produit sexy en B2C, surtout grâce aux jolies photos de nos utilisateurs sur Facebook et Instagram.


Mais la partie immergée de l’iceberg se trouve dans les contrats B2B que nous obtenons en proposant notre gourde aux entreprises. Elles équipent leurs salariés de nos bouteilles, ils profitent d’une bonne hydratation (augmentation de la concentration, réduction de la fatigue etc) et réduisent leurs consommations de plastique à usage unique. Tout le monde y gagne.

Mais comment pouvons-nous faire connaitre notre solution aux entreprises ? 

Réponse : en prospectant froidement 😰

Pour rendre cette expérience moins douloureuse nous avons eu l’idée de “gamifier” le processus de vente avec une simple feuille Excel.

Les règles du jeu sont simples

  1. Une tâche quotidienne peu chronophage

La prospection est une tâche horriblement pénible, surtout lorsque l’on ne sait pas quand elle va se terminer. Nous avons donc choisi de ne contacter chacun que 4 entreprises et 4 médias par jour. Nous contactons les entreprises pour leur présenter notre offre professionnelle. Nous contactons les médias pour tenter d’obtenir du relais presse (blog, magazine web spécialisés etc.)

Le fait de ne pas faire de prospection de masse nous permet d’adapter notre message, d’enquêter sur nos prospects et d’envoyer des emails qui font mouche.

2. Un système de scoring simple :

1 gourde vendue = 1 point

1 article presse obtenu = 5 points

Notre système de scoring est simple, transparent et il est réinitialisé à chaque début de mois 😉

3. Un cash prize

À chaque fin de mois la personne en tête remporte un bonus de 150€. Ce n’est pas énorme, mais c’est suffisant pour 1/ être motivant 2/ inviter quelqu’un au restaurant 3/ aller boire quelques bières 😉


Le résultat sur deux mois est fantastique, notre prospection est entièrement cadrée, elle est qualitative et non plus quantitative (beurk). Notre chiffre d’affaires sur le mois de mai a augmenté de 350% mais surtout, nous n’avons plus l’impression de ne faire que ça.

Chez  1026, nous avons choisi trois valeurs pour notre entreprise : liberté, responsabilité et  transparence. La partie transparence nous pousse à témoigner publiquement sur nos processus et nos idées pour devenir plus performants. L’objectif étant d’obtenir des feedbacks, si vous avez des idées, des conseils, des témoignages, s’il vous plaît, partagez-les avec nous, en commentaire ou par email à hello@1026.life ✌️

PS: voici le template Excel que nous utilisons pour suivre tout ça 🙂

Le Cold Emailing n’est pas mort

Comment nous avons obtenu du relais presse de la plupart des acteurs de l’écosystème “tech/lifestyle“ Français pour notre campagne de financement ?

Réponse : une stratégie de cold emailing simple et efficace.


1. Identifiez les bons interlocuteurs

Une recherche sur LinkedIn.com vous permet de trouver la liste des collaborateurs d’une entreprise. Ex: Gustave et Rosalie.

Maintenant que vous avez identifié les personnes “clefs”, il ne vous reste qu’à trouver leurs adresses emails. Utilisez hunter.io qui vous donne la liste des adresses emails publiques d’une entreprise. Même si vous ne tombez pas sur la bonne adresse, vous trouverez comment elles sont construites : nom@entreprise.com, prénom.nom@entreprise.com ou pnom@entreprises.com.

Ex: pour Gustave et Rosalie : prénom@gustave-et-rosalie.com. Il devient alors facile de deviner l’adresse email de la personne que vous cherchez à contacter.

Vous pouvez aussi utiliser rapportive pour valider vos prédictions. Il y a des chances que cette adresse soit affiliée au profil LinkedIn de votre interlocuteur. Si vous avez trouvé la bonne adresse Rapportive affiche des informations (photos, adresse, localisation) sur votre interlocuteur. Touché.

2. Il vous faut une stratégie

  • Envoyez vos emails avant 7h30 du matin. L’objectif est d’éviter que vos interlocuteurs ouvrent ces emails en pleine journée ou en plein rush.
  • Ajoutez deux destinataires à vos emails. On procrastine plus facilement quelque chose qui ne concerne que nous.
  • Envoyez des emails courts et concis. No bullsh*t !

3. ex: la construction de nos emails

Email 1

objet: pour ‘x’ 🤘

Hello ‘x’,

Je vais faire vite : on vient de lancer un Ulule et on cherche du RP, possible de nous donner un coup de main si le sujet vous parle ?

On a identifié un problème : 75% des Français ne boivent pas assez d’eau. Pourtant, c’est la base d’une bonne santé !

On a créé une solution :http://ulule.fr/1026water — une (superbe) bouteille et un robot (Doris) qui aide à atteindre la consommation d’eau journalière recommandée.

Notre kit press et notre pack de visuels .

Thanks mille fois,

Jérémy de 1026 water

@1026water

À propos de cet email :

1/ “je vais faire vite” : l’interlocuteur sait que vous valorisez son temps. De plus cela annonce qu’il n’a pas besoin de 15 minutes pour lire votre email.

2/ “on a besoin d’aide”, c’est clair (no bullsh*t) : ce n’est pas un win-win deal.

3/ problème + solution + merci.

Email 2 (à J+7)

objet: pour ‘x’ 👈

Bonjour ‘x’,

Notre campagne de financement a bien progressé depuis… mon dernier email resté sans réponse 🤐😃

Un article sur ‘x’’ serait vraiment top pour nous donner de la visibilité et de la crédibilité ! En échange on peut vous offrir :

– Cafés

– Bières

– des 1026 dès le lancement de la production

– ou les trois

Je reviendrai vers vous d’ici la fin de la semaine pour faire remonter cet email en haut de votre boite 🙂

Bon début semaine,

Jérémy

@1026water

À propos de cet email :

1/ On rappelle que ce n’est pas la première fois qu’on écrit.

2/ On a besoin d’aide. On flatte + notre proposition est claire (no bullsh*t) : ce n’est pas un win-win deal.

3/ On annonce qu’on va revenir encore et encore si nous n’avons pas de réponse 🙂

Email 3 (à J+9)

objet: pour ‘x’ 🚨

Bonjour ‘x’,

Notre campagne de financement a (encore) bien progressé depuis… mes derniers emails restés sans réponses 🤐😃

Je me suis dit que vous manquiez peut-être de temps pour parler de notre produit. Du coup on a décidé de vous aider en rédigeant trois drafts d’articles avec des axes différents :

Un article qui présente les avantages d’une bonne hydratation : http://bit.ly/1026-article-1-hydratation

Un article qui présente notre idée (simple et efficace) : http://bit.ly/1026-article-2-une-idee-simple

Un article sur notre solution au manque d’hydratation des Français : http://bit.ly/1026-article-3-une-solution

On peut en discuter par téléphone si vous avez besoin de plus d’informations, quelles sont vos disponibilités ? Si vous n’en avez pas, je suis joignable au 06 ** ** ** ** entre deux de vos meeting 🙂

Merci pour votre temps,

A bientôt,

Jérémy

@1026water

À propos de cet email :

1/ On rappelle que c’est ni la première, ni la deuxième fois qu’on écrit.

2/ On flatte.

3/ On montre qu’on essaye d’aider car on n’a rien sans rien. On a fait “l’effort” de rédiger des drafts d’articles pour aider les rédacteurs over-sollicités.

4/ On demande un rendez-vous.


On a aussi tenté autre chose… Sans succès 🙈

La conclusion :

1/ le RP est un des éléments clef pour faire connaitre votre projet.

2/ les journalistes ne viendront pas vous voir, à moins que vous ayez un plan pour coloniser mars avant Elon.

3/ le cold emailing n’est pas mort :

  • Réponse de Raphaël rédacteur en chef de Gustave et Rosalie :

Salut Baptiste, merci pour ton mail très clair (c’est rare, crois moi) et bravo pour ce beau projet.

On va te faire un petit article ok ?

J’envoie ça à ma rédaction et reviens vers toi quand ils ont eu le temps de se mettre dessus.

Tu aurais des visuels quali de la bouteille à me filer ?

Merci

A+

Raphaël Cosimano

Rédacteur en chef G&R / Hector / HYGGE

Et aussi :

Et le projet pour lequel on a fait tout ça : http://1026.life


PS : une alternative qui fonctionne est d’interpeller vos interlocuteurs sur twitter.

PS2 : le newsjacking.

PS3 :

Je me suis “forcé” à boire 3L d’eau/jour pendant 30 jours

Et je me sens vraiment bien.

75% des Français ne boivent pas assez d’eau — (Lien de l’étude)Pourtant, une bonne hydratation est à la base d’une bonne santé.

Je suis de ces 25% de Français qui ne boivent pas assez d’eau. Ma moyenne/jour doit être autour de 4–5 verres (soit 1L/1,5L environs) et un ou deux verres supplémentaires lorsque je fais du sport …

En raison des promesses d’une bonne hydratation, j’ai décidé de me forcer à boire beaucoup (trop?) d’eau pendant 30 jours.

Lorsque je me suis décidé à relever ce challenge, je pensais que ce serait relativement simple. En réalité, c’était plus compliqué que prévu.

Pourtant j’adore boire (j’ai passé 30 jours sans une goutte d’alcool dans mon sang) et mon corps, comme le vôtre, est constitué à 60% d’eau. Mais 3L d’eau/jour, ce n’est pas naturel !

La vraie difficulté, c’est que je n’ai eu aucun plaisir à boire pendant ces 30 jours. Notre corps nous fait ressentir la soif une fois que nous sommes déjà déshydratés.

Si vous vous fixez l’objectif de boire 3L d’eau/jour pendant 30 jours, oubliez le plaisir qu’un grand verre d’eau frais peut vous procurer.

Néanmoins :

1/ J’ai moins faim. Je me sens “full” toute la journée, mon appétit est réduit.

2/ Je me lève chaque matin plus facilement et avec plus d’énergie (je ne pense pas que ce soit un effet placebo).

3/ Je bois beaucoup moins de café (ce qui a un impact direct sur ma digestion). Je n’ai jamais mal au ventre, je digère vite et bien.

J’entends souvent autour de moi “j’essaye de boire moins de café”. C’est peut-être la solution pour y arriver : buvez plus d’eau.

4/ J’ai l’impression de pouvoir rester concentré plus longtemps et je n’ai aucun coup de “mou” après le déjeuner.

5/ Mon urine est cristaline.


J’ai consulté l’avis des médecins de mon entourage.

La déshydratation augmente l’effort cardiaque et la température corporelle, ce qui entraine une baisse des performances physiques et intellectuelles.

Dr Pascale Etienne — Médecin généraliste

Une bonne hydratation réduit les traumatismes sur vos muscles. Bien hydraté, vous restez en forme tout au long de la journée.

Nicolas Biard — Ostéopathe D.O

Il ne faut pas se fier au signal de la soif, il faut prendre l’habitude de boire tout au long de la journée.

Hélène Baribeau — Nutritionniste


Il paraît incroyable que 75% des Français ne boivent pas assez d’eau alors que les avantages d’une bonne hydratation sont énormes.

Des avantages physiologiques :

  • digestion
  • énergie
  • concentration

Des avantages physiques :

  • peau plus nette
  • réduction des rides
  • grain de peau amélioré

C’était une de mes résolutions pour 2017 : boire suffisamment d’eau. Et j’ai décidé de réfléchir à un projet qui pourrait vous y aider, vous aussi.

Je me suis réveillé à 5h tous les jours pendant 30 jours, et voici ce qu’il m’est arrivé.

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt — Savez-vous ce que Tim Cook, Mark Wahlberg & Benjamin Franklin ont en commun ? Ils commencent leurs journées avant tout le monde. Blablabla…

J’ai voulu comprendre pourquoi. J’ai lu ce livre : Miracle Morning : The Not-So-Obvious Secret Guaranteed to Transform Your Life (Before 8AM) et j’ai décidé d’essayer. Je me suis donc réveillé à 5h tous les jours pendants 30 jours et voici ce qu’il m’est arrivé.

I won.
  1. Le bouton snooze, la meilleure et la pire invention du monde.

Non, en fait c’est juste la pire. Votre réveil sonne, il vous réveille et vous pensez que repousser de quelques minutes le moment fatidique va vous permettre d‘être plus en forme. Faux, vous êtes toujours aussi fatigué et en plus de ça, vous vous sentez misérable d’avoir une volonté si fragile. Bref, ne “snoozez” plus et levez vous. Votre confiance en vous augmente et c’est un bon sentiment pour attaquer la journée.

Your opinion of yourself becomes your reality — 50cent.

2. Une routine matinale hyper-productive.

Au cours de cette expérience, j’ai décidé de ne pas utiliser mon smartphone de 5h à 7h. L’objectif est de ne pas me connecter à internet pendant les deux premières heures de la journée. Cela me permet de rester focus et de ne rencontrer aucune distraction (Instagram, Facebook, Snapchat, Tinder🐒, emails etc.).

Mon programme est simple : hydratation, étirements/running/sport/méditation, petit déjeuner et to-do list pour la journée (sur papier).

Ma première connexion au web se fait à partir de 7h pour consulter mes emails et répondre aux priorités. Traiter vos emails est une tâche chronophage qui consomme de l’énergie alors que vous n’en avez pas spécialement besoin. Essayez de repousser cette tâche le plus loin possible de votre réveil.

3. Des journées de 26h.

J’ai “réellement” gagné 2 heures de temps de travail par jour. Je suis “du matin” et ma productivité baisse à partir de 18h pour atteindre un niveau proche de zéro autours de 20h. Commencer ma journée à 5h me permets de gagner facilement 2 bonnes heures de productivité.

4. Débarrassé de quelques “vieux dossiers”

C’est logique, avec des journées de 26h vous faîtes plus de choses. Mais cela vous permet aussi d’accomplir des tâches que vous procrastinez depuis bien longtemps. Un long courrier à rédiger, des démarches administratives, un vieil ami à re-contacter… Toute la sérénité et le gain de productivité que m’a apporté cette manière de vivre m’a permis de faire le tri dans mes vieux dossiers. Se débarrasser de ces vieux dossier m’a fait me sentir plus léger. Être à jour = vivre sereinement. Vivre sereinement = mieux vivre. Mieux vivre = win ! (http://bye.coffee —The stress killer).

5. Un sommeil de meilleur qualité

Mes cycles de sommeil semblent être de meilleure qualité avec une nuit de 22h à 5h. Je me suis couché et réveillé avec le soleil. Après tout, c’est peut-être ça notre cycle naturel.

6. Une plus grande volonté

La volonté est un muscle. Il est possible de la renforcer. Cette volonté est indispensable pour transformer nos mauvaises habitudes en bonnes habitudes. Le fait de m’être imposé un réveil tôt, sans snooze et de m’y tenir pendant 30 jours m’a permis de booster ma volonté et ma confiance en moi.

Une plus grande volonté ouvre le champ des possibles.


Bref, si vous tentez l’expérience, voici ce que vous pouvez espérer en vous réveillant chaque jour 2h plus tôt:

  • Un gain de productivité
  • Un gain d’énergie (à condition d’adapter votre rythme de sommeil)
  • Une augmentation de votre volonté
  • Une augmentation de votre estime personnelle
  • Une baisse de votre sociabilité (Il est difficile de chiller sur une terrasse avec vos potes jusqu’à 1h du matin si vous vous réveillez 4h plus tard).

Sachez que même si ce rythme est extreme, faire cet effort pendant une période de temps peut vous permettre de vous mettre à jour sur pas mal de sujets. De plus, cette capacité à vous lever très tôt peut être très utile dans certaines périodes de vie ;).


Originellement posté sur LinkedIn:

J’ai passé 30 jours sans une goutte d’alcool dans mon sang

Je suis Français, j’ai 26 ans, j’ai été diplômé d’une école de commerce Parisienne et j’aime bien faire la fête. Bref, comme certain d’entre vous, je connais le goût de la plupart des alcools.

Mais il y a quelque temps j’ai décidé de quitter l’alcool pendant 30 jours consécutifs.

L’idée de cette expérience était de prendre du recul par rapport à ma consommation, de detoxifier mon corps et de travailler ma volonté en m’imposant une contrainte de vie (👉🤘👈).

Au cours de cette expérience, j’ai pris conscience de plusieurs choses.

1/ L’alcool est le catalyseur (n.m; Substance qui augmente la vitesse d’une réaction chimique sans paraître participer à cette réaction. Élément qui provoque une réaction par sa seule présence ou par son intervention.de la plupart de nos relations. C’est juste qu’il est tabou de le reconnaitre.

L’alcool a une place importante dans nos relations personnelles et interpersonnelles. C’est souvent grâce à l’alcool que ces relations franchissent un cap.

Et lorsque vous décidez soudainement de boire de l’eau pendant un diner ou un jus de fruit pendant une soirée, vous nagez à contre courant.

— Tu conduis ? T’es malade ? T’es con ? — Votre entourage ne comprend pas.

Allez juste une bière, ça ne va pas te tuer.

Certaines personnes ne savent pas comment interagir sans l’effet de l’alcool. Nous connaissons tous quelqu’un qui devient relativement à l’aise sous effet alors que cette même personne est relativement introvertie le reste du temps.

Passer du bon pote pour faire la fête au mec sobre fait chier les autres. Mais pourtant cela vaut le coup.

2/ Juste un ou deux verres.

Il n’est pas alarmant pour notre santé de nous accorder juste un ou deux verres un soir de semaine avec des amis. Et pourtant… un peu de maths :

2×2 verres/jours de semaine + 4×2 verres/week-ends = 12 verres/semaine = 12 x 52= 624 verres/an. C’est beaucoup.

3/ De nouvelles perspectives

Mais en réalité, le vrai problème (à part pour notre santé) c’est que tout ce temps que nous passons à socialiser, c’est du temps que nous perdons pour atteindre nos objectifs, nos rêves. Un peu de maths :

2x3heures/jours de semaine + 4×2 heures/week-ends = 14 heures/semaine = 56 heures par mois. C’est beaucoup.

En fait c’est même assez pour :

  • générer un revenu complémentaire à coté de votre boulot
  • faire du sport à haute dose
  • devenir celui ou celle que vous rêvez d’être …

En arrêtant l’alcool, nous sortons de notre 🚂 -🚂 quotidien, nous arrêtons de fréquenter les mêmes personnes, nous commençons de nouvelles choses, notre esprit n’est plus embrumé, notre vision s’éclaircit et nous dégageons du temps libre !

On peut se focus sur ce qui compte vraiment, c’est-à-dire nos objectifs sur le long terme.

4/ Une putain d’énergie

Je ne suis pas alcoolique : je ne bois pas de scotch au petit déjeuner, je ne bois jamais pendant le déjeuner, mais pourtant je suis conscient que quelques verres par semaine peuvent représenter un danger et me mettre dans le rouge.

Dès deux semaines sans alcool, vous n’avez pas idée à quel point je me suis senti plein d’énergie. Mon sommeil était plus profond, mon humeur était meilleure, ma peau était plus nette et ma to-do list en train de disparaitre … in the zone !


Une période de sobriété complète vous ouvre des portes. Plus généralement, changer radicalement vos habitudes, quelles qu’elles soient vous rend plus fort(e), plus déterminé(e) et vous rapproche de vos objectifs. Cela vous rappelle que vous avez le pouvoir et le contrôle.

Note (publique) à moi-même.

Note (publique) à moi-même : en fait c’est effrayant de faire ce qu’on a toujours eu envie de faire. Le fait de transformer un rêve en une espèce de réalité incertaine.
Aujourd’hui j’ai peur. J’ai peur parce que je sors en courant de ma zone de confort. J’ai peur car je suis en train de faire ce que j’ai toujours voulu faire. J’ai peur car je décide de vivre la vie dont j’ai toujours rêvé.

Depuis un an je suis diplômé de ma super école de commerce. Après un bref passage à San Francisco, je décroche un CDI dans une des plus belles start-up Française et même Européenne. De quoi rendre fier mon entourage : un beau CDI, bien payé et la sécurité de l’emploi.
Pourtant je suis en train de faire ce que beaucoup autour de moi considèrent comme de la folie, je vais quitter ce confort et je vais construire ma propre aventure, mon propre rêve.
Je ne veux plus construire les rêves de quelqu’un d’autre. Je n’ai pas l’âge pour être responsable, je n’ai pas d’enfants, je n’ai pas de meuf bref, je n’ai aucune responsabilité envers qui que ce soit. Je suis dans la période de ma vie où je peux faire ce que je veux. Faire ce que je veux ne veut pas dire faire n’importe quoi. Je suis conscient que mon bonheur pour les dizaines d’années à venir se joue maintenant. C’est maintenant que je dois tout jouer et all in. Il faut prendre des risques car pour réussir dans ce monde, c’est putain de dur, sinon tout le monde le ferait. Le business, les relations humaines, la pression sociale… tout ça : putain de dur. Mais si je dois vivre une seule vie, je vais vivre la vie dont j’ai toujours rêvé.

À partir d’aujourd’hui, je commence à construire mon propre rêve. Mon job va occuper une part prépondérante de mon temps sur les dizaines d’années à venir… J’aime la liberté, les défis, le voyage et l’aventure. Des notions opposées avec le milieu de l’entreprise que l’on connaît. Je vais donc construire ma propre aventure.
À partir d’aujourd’hui, je lance avec mon gars sûr Baptiste Bye Coffee — ce que l’on pense être la solution la plus adaptée pour Fighter et survivre au stress.

Et si j’échoue, dans quelques années je relirais ce message et je recommencerais.

Le nombre de likes de vos posts Instagram et Facebook, on s’en fiche. Voici les 5 datas que vous devez [absolument] contrôler.

Ne cherchez plus quelles datas vous devez mesurer pour votre business. Ce sont celles du pirate.

« AARRR! ». 

Que vous soyez en charge d’une plateforme web, d’une app, d’un commerce de détail ou d’un service, soyez sur de ne pas perdre votre temps à mesurer des « vanity metrics » comme les visites ou les likes. Vous devez focus votre attention sur les datas essentielles, celles qui vont vous permettre d’augmenter le traffic qualifié, l’engagement de vos utilisateurs et surtout votre revenu. 

Dave McClure, le fondateur de 500 Startups est le créateur des métriques du pirate, AARRR!:

Acquisition: comment vos utilisateurs/clients vont vous trouver ?

Activation: leur première expérience avec votre produit est-elle satisfaisante ?

Retention: vont-ils revenir ?

Referral: parlent-ils de vous ? 

Revenue: vont-ils payer pour votre produit ?

C’est en travaillant sur ces 5 métriques clefs que vous allez améliorer l’expérience, l’engagement et la loyauté de vos utilisateurs envers votre produit mais surtout, augmenter votre revenu. 

Acquisition – Mesurez votre coût d’acquisition de nouveaux leads avec cette formule simple: montant dépensé en marketing/nombre de leads obtenus.

L’objectif: augmenter votre nombre de visites et réduire votre coût par lead. 

Activation – mesurez le nombre de leads qui deviennent des clients payant et mesurer votre coût par nouveau client. 

L’objectif: augmenter le taux de conversion ‘lead -> client’ et réduire le coût d’un nouveau client.

Retention – mesurez combien de clients restent engagés avec votre produit après avoir payé. Ré-engagez les le plus possible, avec des interactions par email par exemple. 

L’objectif: augmenter le nombre de clients actifs et repérer vos meilleurs utilisateurs. Ils seront vos meilleurs ambassadeurs.

Referral: mesurez combien de vos clients parlent de vos produits et quel part de client viennent par recommandation.

L’objectif: augmenter vos referrals afin d’augmenter votre croissance organique.

Revenu – mesurez votre revenu par client. Combien d’utilisateurs (ils payent avec leur temps) deviennent des clients (ils payent avec leur argent). Sur cette base et en fonction du volume de vente ou fréquence de paiement de vos clients, quelle est la customer lifetime value de vos clients ? Cette CLV doit être impérativement > au cout d’acquisition. 

En suivant ces cinq métriques chaque semaine, vous trouverez les meilleures actions à mettre en place pour améliorer votre business – pour vous et pour vos clients.

From the presentation of Dave McClure. Read the full presentation here:  http://fr.slideshare.net/dmc500hats/startup-metrics-for-pirates-long-version

Is your daily routine mindful or mindless?

Here’s a story from Buddhist Monk, Thich Nhat Hanh, about ‘washing the dishes to wash the dishes’ and the difference between mindful and mindless:

« In the United States, I have a close friend named Jim Forest… Last winter, Jim came to visit. I usually wash the dishes after we’ve finished the evening meal, before sitting down and drinking tea with everyone else.

One night, Jim asked if he might do the dishes. I said, « Go ahead, but
if you wash the dishes you must know the way to wash them. » Jim replied, « Come on, you think I don’t know how to wash the dishes? » I answered, « There are two ways to wash the dishes. The first is to wash the dishes in order to have clean dishes and the second is to wash the dishes
in order to wash the dishes. »

Jim was delighted and said, « I choose the second way-to wash the dishes to wash the dishes. » From then on, Jim knew how to wash the dishes. I transferred the « responsibility » to him for an entire week.

If while washing dishes, we think only of the cup of tea that awaits us, thus hurrying to get the dishes out of the way as if they were a nuisance, then we are not « washing the dishes to wash the dishes. »

What’s more, we are not alive during the time we are washing the dishes.
In fact we are completely incapable of realizing the miracle of life while standing at the sink.

If we can’t wash the dishes, the chances are we won’t be able to drink our tea either. While drinking the cup of tea, we will only be thinking of other things, barely aware of the cup in our hands. Thus we are sucked away into the future
– and we are incapable of actually living one minute of life. »

~ Thich Nhat Hanh

Comment nous avons multiplié par 10 le reach de notre page Facebook sans dépenser 1€, mais simplement en observant notre communauté.

Toute personne ayant déjà géré une page Facebook (à part si il s’agit de la page de Buzzfeed ou du Huffpost) a été confronté à ça:

2000 de reach (sur 65000 fans) soit 3% de reach

C’est à dire… à pas grand chose ! On se sent seul, la publication a un reach quasi nul, on n’a pas d’engagement (les 3 personnes ayant liké font partie de l’équipe)

On a tout d’abord pensé qu’il fallait des créas plus sympa : animaux, enfants, couleurs, etc… Le résultat ne fut pas convaincant.

Toujours peu d’engagement: ± 4%.

Mais à travers ces publications nous avons pu observer un pattern. Nos utilisateurs interagissent avec nos publications d’une manière bien particulière: ils partagent systématiquement le lien de leur cagnotte en commentaire de nos posts Facebook, même si ce dernier ne s’y prête pas… C’est donc devenu clair pour nous ; Les créateurs de cagnottes ont besoin d’un endroit où ils peuvent partager le lien de leurs projets.

Nous avons donc décidé de leur dédier un post chaque mercredi afin qu’ils puissent partager leurs cagnottes, avec une incentive à la clé:

Une mise en avant d’une semaine sur nos supports (email, page des cagnottes publiques, etc.) pour le commentaire qui obtient le plus de likes.

Le résultat fut cette fois convaincant:

Plus de 50% du reach de notre page (contrairement à 4% précédemment).

La recette est donc finalement simple. Vous devez donner l’opportunité à vos fans de s’exprimer afin qu’ils s’engagent avec vos publications.

Call to action + Incentive = Engagement.

(101 shares + 230 likes + 285 commentaires).

Conclusion: Il est encore possible de faire croître votre page Facebook et d’obtenir de l’engagement de façon organique, même si vous n’êtes pas un media et même sans faire de clickbait.

  • Ecoutez vos fans

Observez la manière dont ils interagissent avec votre marque et capitalisez sur ces actions.

  • Déterminez un positionnement clair de votre page Facebook

Elle doit avoir une forte valeur ajoutée pour le fan. Chez Leetchi, notre page Facebook permet à nos fans de découvrir de nouveaux projets chaque jours et de participer à des concours pour faire connaître leurs cagnottes. A vrai dire, nos fans ne veulent pas savoir que l’on a recruté un nouveau dev’ ou que l’on cherche toujours un country manager UK

  • Garder en tête cette recette :

CTA+INCENTIVE=ENGAGEMENT.

Tips: Même si nous avons tenté d’augmenter notre reach de façon organique (c’est à dire sans payer), nous avons remarqué que booster un post avec un ‘petit’ budget (30–50€) au moment de sa publication, augmente considérablement le reach organique, c’est un bel effet de levier.

(30€ de budget, reach organique = 105,183… soit 160% du reach de notre page Facebook)

Un projet en tête ? Pensez à Leetchi.com pour récolter rapidement et facilement de l’argent.